SOS TPE PME Co-pilote pour dirigeant
18 oct. 2017

Céder son entreprise en difficulté

3 commentaires

Modifié :  18 oct. 2017

Pouvez-vous sauver et redresser votre entreprise en difficulté en la cédant ?

Oui cela reste possible, mais les pièges sont nombreux..!

 

 

Votre entreprise est en difficulté:

 

- si elle est en situation de cessation de paiement,

- en redressement ou en liquidation judiciaire,

- ou simplement si elle perd de l’argent tous les mois…

 

la vente d’une entreprise en difficulté est souvent moins coûteuse qu’une fermeture ou un dépôt de bilan, à condition d’anticiper cette cession et de respecter quelques règles.

 

Vous devrez consacrer du temps et donc de la trésorerie à cette cession. Lorsque votre décision est prise, essayez de stabiliser la situation de l’entreprise, en réduisant les coûts et en recherchant des financements.

 

Il faudra fournir un business plan au repreneur éventuelle

Si vous avez décidé de mettre en vente votre entreprise, vous ne pouvez pas masquer les difficultés et la réalité de la situation à de futurs acquéreurs : cela pourrait se retourner contre vous !

 

Fournissez un business plan en restant réaliste sur vos prévisions. Explicitez les raisons des difficultés de l’entreprise afin que l’acheteur puisse évaluer les mesures à prendre pour redresser la situation : s’agit-il par exemple d’impayés récurrents, d’un déficit dans la gestion courante ?

 

Ce business plan peut aussi estimer les besoins en financement et proposer des actions à effectuer. Votre acheteur pourra ainsi évaluer les économies à réaliser et établir un calendrier de restructuration.

 

 

Ne pas déguiser la mariée

Lorsque la décision d'engager un processus de cession est prise, la tentation des actionnaires et des dirigeants est de chercher à "déguiser la mariée" plutôt que d'assumer son état réel. La première tentation est de fournir des prévisions irréalistes. Les thématiques manquent souvent d'originalité et tournent autour de variantes des discours suivants : "C'est une pépite dont on s'est peu occupé, mais un nouvel actionnaire pourra en faire quelque chose d'extraordinaire" ; ou : "Le gros du travail de retournement a déjà été fait, le retour à l'équilibre est éminent" ; ou encore : "C'est un trou d'air, mais de nouveaux contrats arrivent". La deuxième tentation est de cacher les squelettes dans les placards : les actionnaires et les dirigeants peuvent être tentés d'occulter une grosse échéance à court terme, un changement des conditions d'achat auprès des fournisseurs ou des contrats clients arrivant en période de renouvellement. 

 

Ayez conscience des difficultés de votre entreprise et jouez la transparence. Si vous fournissez à votre acheteur des données fiables sur la situation de votre société, il pourra plus facilement préparer son projet de reprise et les actions à mener lors de la reprise...

 

 

Il vous faudra faire le bon choix du repreneur

La situation de votre entreprise peut attirer des investisseurs en raison d’un prix moindre ; plus les problèmes sont grands, plus le prix risque d’être bas…

 

Ce n’est pas parce que votre entreprise est en difficulté que vous devez accepter n’importe quelle offre ! Vous pouvez avoir certaines exigences, et même décider de vendre pour un euro symbolique à un repreneur qui conservera les emplois et le savoir-faire de l’entreprise mise en vente.

 

 

Evaluez la qualité du repreneur et étudiez son projet pour savoir :

  • si votre repreneur sera capable de redresser la société ;

  • si son projet vous convient, car pour redresser une entreprise en difficulté, l’acquéreur de la vente envisagera peut-être des procédures de licenciements, un déménagement, un changement de stratégie…

  • si l’acheteur peut injecter les fonds nécessaires pour rétablir la trésorerie et pallier aux retards de paiements. Il doit avoir un apport personnel suffisant car il aura de la peine à contracter un prêt pour racheter une entreprise en difficulté.

Vous devez aussi envisager d’accompagner le repreneur, au-delà de la vente, pendant une période transitoire pour augmenter les chances de réussite du projet.

 

Mais attention à votre propre avenir...

 

 

 

 

 

SOS TPE PME Co-pilote pour dirigeant
18 oct. 2017

Histoire d'un Entrepreneur qui cède son entreprise en difficulté pour l'Euro symbolique...!

 

Notre entrepreneur après réflexion et analyse des différents problèmes au sein de son entreprise en difficulté, dans le cadre d'une conciliation, décide de céder la totalité de ses actions.

 

Plusieurs offres lui sont faites dont une qui lui semble intéressante pour la survie de son entreprise et de la sauvegarde des emplois, en plus son avenir lui semble assuré.

 

Une négociation s'engage avec le repreneur qu'il a retenu et après une transaction il accepte de céder la totalité de ses actions d'une part de la société d'exploitation, et d'autre part également la totalité des parts de la SCI qui détenait probablement le Bâtiment de l'entreprise, et le tout pour 1 € en contrepartie d’un apport de fonds sonnant et trébuchant, dans les caisses de l'entreprise cédée.

 

Au bout de quelques années, les fonds ayant été apportés, le PDG est licencié. Il conteste alors la vente de ses actions à 1 €, s’estimant lésé. La Cour de cassation ne le suit pas.

La société qui avait racheté ses parts, avait respecté ses obligations et lui même avait pu conserver son poste de "Président" avec le salaire correspondant à son titre...

 

 

Extrait de l’arrêt de la Cour de cassation, chambre commerciale du 5 juillet 2017. Pourvoi  n°15-22220.

« LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l'arrêt suivant :

 

Sur le moyen unique :

 

Attendu, selon l'arrêt attaqué (Paris, 12 mai 2015), que la société City automobiles, dont M. X... était le président-directeur général et l'actionnaire principal et dont le siège social était installé sur un terrain détenu par la SCI V2R (la SCI), était concessionnaire de la marque Saab, appartenant au groupe Général Motors ; que des pertes importantes subies par la société City automobiles ont conduit son dirigeant à demander l'ouverture d'une procédure de conciliation ;

 

qu'aux termes d'un protocole d'accord valant transaction, M. X... a cédé la totalité des actions de la société City Automobiles et des parts sociales de la SCI à la société GDP Vendôme au prix d'un euro tandis qu'en contrepartie, cette société participait à une augmentation de capital de la société City automobiles, à laquelle la société General Motors France s'engageait à verser diverses sommes ; qu'ayant ultérieurement été révoqué de ses fonctions de dirigeant, M. X..., reprochant à la société Général Motors France de l'avoir contraint à céder ses actions de la société City Automobiles et ses parts sociales de la SCI dans des conditions désavantageuses, l'a assignée en paiement de dommages-intérêts ;

 

Attendu que M. X... fait grief à l'arrêt de rejeter ses demandes alors, selon le moyen :

 

1°/ que la validité d'une transaction nécessite l'existence de concessions réciproques entre les parties ; que si les concessions peuvent être indirectes, dès lors qu'elles profitent nécessairement à celui auquel l'on oppose la transaction, elles doivent néanmoins conférer à ce dernier un avantage certain, portant sur un élément de fond et correspondant à un réel sacrifice chiffrable à son profit ; qu'en retenant, pour opposer M. X..., l'exception de transaction, que le protocole d'accord du mois de mai 2007 « comport [ait] des concessions réciproques, même indirectes entre la société GM France et M. X... » quand il était constant, d'une part, qu'aux termes du protocole d'accord conclu au mois de mai 2007, M. X... cédait, moyennant un euro symbolique, au groupe GDP Vendôme la totalité de sa participation dans le capital de City Automobiles, soit 65 %, sans être lui-même garanti de demeurer le dirigeant de l'entreprise et de voir maintenue sa rémunération et, d'autre part, qu'il avait précisément été révoqué trois ans plus tard de ces mandats sociaux, ce dont il résultait que le protocole ne contenait aucune concession, directe ou indirecte à son égard, la cour d'appel a violé l'article 2044 du code civil ;

 

2°/ qu'en statuant de la sorte, sans caractériser la réalité de concessions portant sur un élément de fond et correspondant à un réel sacrifice chiffrable envers M. X..., la cour d'appel a privé sa décision de base légale au regard de l'article 2044 du code civil ;

 

3°/ que, dans ses conclusions d'appel, M. X... faisait valoir, qu'en application de l'article 7 du protocole d'accord conclu en mai 2007, lequel prévoyait le caractère indivisible des obligations prévues par chaque partie et stipulait que le défaut d'exécution, par l'une d'elles, de ses obligations libérait les autres de leurs propres obligations, il était libéré de toutes les obligations découlant de celui-ci dès lors que la société GM France n'avait elle-même pas exécuté l'intégralité de ses obligations ; que la cour d'appel, qui n'a pas répondu à ce moyen, pourtant formellement invoqué par les conclusions d'appel de M. X..., a méconnu les exigences de l'article 455 du code de procédure civile ;

 

4°/ qu'au soutien de son action, M. X... invoquait, d'une part, un certain nombre de manquements antérieurs à la signature du protocole d'accord et, d'autre part, des manquements qui avaient été commis postérieurement à la signature de ce protocole d'accord et qui ne pouvaient donc, de ce chef, se trouver compris dans la transaction ; qu'en disant, pour faire application de l'exception de transaction, que « les faits reprochés par M. X... à Général Motors sont antérieurs au protocole d'accord et sont directement en rapport avec l'objet de celui-ci », la cour d'appel a dénaturé les termes du litige en violation des articles 4 et 5 du code de procédure civile ;

 

5°/ qu'en faisant application de l'exception de transaction sans vérifier si les faits postérieurs invoqués par M. X... pouvaient être considérés comme étant compris dans le champ de la transaction, la cour d'appel a privé sa décision de base légale au regard des articles 2044, 2048 et 2049 du code civil ;

Mais attendu, en premier lieu, que l'arrêt retient que si M. X..., signataire du protocole d'accord en qualité de dirigeant de la société City Automobiles ainsi qu'en son nom personnel, n'était pas le bénéficiaire direct des concessions financières consenties par la société Général Motors France, ces concessions assuraient la poursuite de l'activité de la société City Automobiles dont il retirait un avantage en évitant l'ouverture d'une procédure collective et en conservant ses fonctions, auxquelles était attachée une rémunération substantielle, de président-directeur général ; qu'ayant ainsi caractérisé les concessions réciproques fondant la validité de la transaction, fussent-elles indirectes, la cour d'appel a légalement justifié sa décision ;

 

Attendu, en deuxième lieu, que la cour d'appel a répondu aux conclusions invoquées par la troisième branche en retenant que l'engagement essentiel de la société General Motors France était d'apporter des fonds à la société City Automobiles et que toutes les conditions prévues par la transaction étaient remplies ;

 

 

 

 

Et attendu, en dernier lieu, qu'ayant relevé que l'action en réparation du préjudice résultant de la prétendue sous-évaluation des droits sociaux cédés et de la non-exécution de certains contrats conclus avec la société Général Motors France ainsi que de sa révocation de ses fonctions de dirigeant, engagée par M. X..., se rapportait soit à des faits antérieurs au protocole d'accord, soit à des faits sans lien avec cet acte, la cour d'appel, qui n'a pas méconnu l'objet du litige, a légalement justifié sa décision de faire application de l'exception de transaction ;

 

D'où il suit que le moyen n'est pas fondé ;

 

PAR CES MOTIFS :

 

REJETTE le pourvoi ;

Condamne M. X... aux dépens ;

Vu l'article 700 du code de procédure civile, rejette sa demande et le condamne à payer à la société General Motors France la somme de 3 000 euros ;

Ainsi fait et jugé par la Cour de cassation, chambre commerciale, financière et économique, et prononcé par le président en son audience publique du cinq juillet deux mille dix-sept. »

 

 

Publié le 18 octobre 2017

SOS TPE PME Co-pilote pour dirigeant
18 oct. 2017

Vendre son entreprise un euro pour sauver des emplois

 

Jean-Pierre Mossé dirige avec sa femme depuis plus de 40 ans une petite entreprise spécialisée dans la fourniture de matériel de bureau.

Arrivé à l’âge de 67 ans, le chef d’entreprise souhaite prendre une retraite bien méritée et compte laisser derrière lui sa carrière de chef d’entreprise.

 

Seulement, de peur que l’affaire ne soit pas reprise et pour éviter que les trois salariés qui travaillaient pour lui ne se retrouvent au chômage, le futur retraité a mis en vente son entreprise au prix symbolique de 1 euro, à condition que le(s) repreneur(s) sauvegarde(nt) tous les emplois.

 

Une annonce étonnante

L’histoire se déroule à Carcassonne et force le respect.

 

Dans un premier temps, on pourrait croire qu’il s’agit d’une cession d’entreprise comme on en voit tous les jours. C’est en lisant l’annonce que Jean-Pierre Mossé, fondateur d’Office Bureau, spécialisé dans le matériel de bureaux, a publié sur Leboncoin.fr, que l’on prend conscience de la dimension humaine de cette cession :

 

« Vous êtes un couple dynamique, vous êtes des vendeurs de 1ère classe, vous êtes expérimentés en informatique, en papeterie, en consommables, en mobilier de bureau, vous êtes prêts à vous engager dans la réussite, vous êtes prêts à vivre au soleil, vous êtes les bienvenus dans le sud, je suis sûr que vous êtes les meilleurs, ne laissez pas passer votre chance. Pour cause de retraite, je vous cède mon affaire pour 1 euro ».

 

Jean-Pierre Mossé propose dans cette annonce de vendre son entreprise pour un euro symbolique à la seule condition que les repreneurs gardent les trois salariés qui étaient présents dans l’entreprise.

A titre d’information, l’entreprise réalisait un chiffre d’affaires de 400 000 euros par an et le fichier clients de 25 000 personnes est compris dans l’offre.

 

 

 

De plus, M. Mossé est prêt à venir en aide aux repreneurs pendant 6 mois, voire même un an, pour faciliter la reprise d’activité de l’entreprise et l’adaptation des nouveaux dirigeants.

 

 

Rares sont les patrons qui se sentent aussi concernés par l’avenir de leurs salariés, surtout lorsque celui-ci compte prendre sa retraite. Le futur retraité à adopté un comportement exemplaire et a montré des valeurs qui pourraient servir d’exemple à nombre de chefs d’entreprises.

 

Source Dynamique-mag.com

Article du 23/04/2014 -

Crédit photo: www.lindependant.fr

 

SOS TPE PME Co-pilote pour dirigeant
18 oct. 2017

 

Tout ce que vous devez savoir pour racheter une société qui prend l'eau sans couler avec elle.

Il existe divers types d'entreprises en difficulté. On trouve dans cette catégorie des sociétés au bord de la cessation de paiements, mais dont les dirigeants n'ont fait aucune démarche auprès de la justice, les entreprises sous mandat ad hoc, en sauvegarde, en conciliation, en redressement judiciaire. Mais dans tous les cas, brisons d'emblée un fantasme : "Il ne faut jamais appréhender la reprise d'une entreprise en difficulté en se disant qu'on va l'acquérir à moindre coût et faire nécessairement une bonne affaire", met en garde Jean-Charles Simon, avocat spécialiste des entreprises en difficulté, dirigeant du cabinet Simon Associés. Car tous les experts et tous les entrepreneurs qui ont tenté l'expérience le clament : racheter une société en difficulté est avant tout un parcours à hauts risques. Vous songez à reprendre une entreprise mal en point ? Découvrez les pièges qui vous guettent, et nos conseils pour vous en sortir le mieux possible.  

 

1 L'entreprise a des vices cachés

"L'expérience nous a dicté une règle d'or : une entreprise en difficulté va toujours plus mal qu'on ne le croit, soulignent Sophie Moreau-Garenne et Fabrice Keller, managing directors chez Duff & Phelps, spécialistes du conseil en restructuration. Parce que pour garder la structure en vie, ses dirigeants ont fait feu de tout bois : ils ont retardé le paiement des fournisseurs, "omis" de payer certaines dettes fiscales et sociales, demandé le report d'échéances bancaires, décalé des règlements de loyers, etc. De plus, ils peuvent avoir pris des mesures d'économies nuisibles à la qualité de la production, comme le recours à des matériaux bas de gamme, la diminution du service client, l'abandon des contrôles qualité..." Sans compter deux autres fléaux : "En général, le personnel est démotivé, et l'image de marque de la société dégradée", avertissent Sébastien Cailliau et Charles-Henri Bachelier, qui ont repris deux PME en difficulté, l'une en 2007, l'autre en 2009. Ce que vous devez faire : Constituez une équipe,même restreinte, qui saura vous conseiller et anticiper avec vous les pièges à éviter. Réalisez un audit complet (financier, juridique, fiscal, commercial, social) avec l'aide d'experts chevronnés, afin de vous faire une idée réelle de l'étendue des dégâts. Rencontrez le personnel de l'entreprise :le(s) dirigeant(s) actuel(s), les représentants syndicaux, et un maximum de collaborateurs (tous si vous le pouvez).  

 

2 Votre cible est peut-être incurable "Beaucoup de gens font la même erreur : ils confondent l'opportunité de racheter une entreprise à bas prix avec l'intérêt stratégique de la reprise, notent Franck Michel et Charles Gorins, administrateurs judiciaires associés chez AJAssociés. Une affaire de fabrication de fixe-chaussettes en redressement judiciaire peut être très bon marché, mais si ses produits sont obsolètes et si son marché a disparu, elle mourra !" C'est un fait : certaines entreprises en difficulté ne peuvent pas être sauvées. Soit parce qu'elles n'ont plus de marché, donc plus de raison d'être. Soit parce que leur santé est tellement dégradée qu'elles ne sont plus guérissables. Ce que vous devez faire : Etablissez un diagnostic, puis un pronostic."Analysez les raisons pour lesquelles la société s'est trouvée défaillante, sans partir du principe que vous êtes plus intelligent que le précédent dirigeant, recommande Jean-Charles Simon. Puis menez une analyse stratégique de l'entreprise, sans concession, afin de déterminer objectivement s'il existe des effets de levier pour lui permettre de se retourner et si elle a ou non les capacités de se redresser."  

 

3 Vous devrez vous décider très vite Dans une entreprise en difficulté, chaque jour qui passe sans action est un jour où la situation s'aggrave. Tout le monde le sait : les dirigeants des entreprises malades, les mandataires ad hoc, les conciliateurs, les administrateurs judiciaires, les juges des tribunaux de commerce... Si vous souhaitez reprendre une société mal en point, vous aurez donc très peu de temps pour analyser son dossier et faire une offre. Cas extrême : "Dans un redressement judiciaire avec plan de cession, les candidats disposent en moyenne d'un délai d'un mois", indiquent Franck Michel et Charles Gorins. Ce que vous devez faire : Concentrez vos recherches sur les secteurs que vous connaissez le mieux. "Seules deux catégories d'acteurs sont capables, en quelques semaines, d'analyser les forces et les faiblesses d'une société en difficulté et d'identifier les leviers d'amélioration de sa rentabilité : les entrepreneurs ou investisseurs du métier concerné et les spécialistes du redressement de sociétés, observe Jean-Charles Simon. Donc, sauf si vous êtes un "pro du retournement", visez en priorité des boîtes de votre secteur !"  

 

4 Vous nagerez en environnement complexe "Pour reprendre une entreprise en difficulté et poursuivre son activité, il y a deux périodes propices : en amont du dépôt de bilan, aux stades du mandat ad hoc ou de la conciliation ; et après le dépôt de bilan, au stade du redressement judiciaire, dans le cadre d'un plan de continuation ou de cession. Mais pour toutes ces procédures, le corpus juridique et judiciaire est tellement complexe et mouvant que le candidat à la reprise peut facilement passer à côté de règles essentielles !", alertent Franck Michel et Charles Gorins, d'AJAssociés. Interlocuteurs à contacter, conditions à remplir, pièces à fournir, précautions à prendre, timing à respecter... S'orienter dans le monde de l'entreprise en difficulté requiert des connaissances, des compétences et des connexions dont peu de repreneurs disposent. Ce que vous devez faire : "Recourez à un binôme de spécialistes: un avocat ayant l'expérience des entreprises en difficulté, et un expert financier sachant lire les comptes de ces sociétés particulières", conseillent Sophie Moreau-Garenne et Fabrice Keller, de Duff & Phelps.  

 

5 La relance va vous coûter cher "La reprise d'une affaire en difficulté nécessite toujours de réinjecter du cash juste après. Il arrive même que l'acquéreur se rende compte, au bout de quelques semaines, qu'il faut remettre 1 ou 2 millions d'euros dans la boîte pour qu'elle survive !", témoignent les experts de Duff & Phelps. D'où proviennent ces besoins de financement ? "Une société en difficulté n'a plus de crédit fournisseurs, décryptent les administrateurs judiciaires d'AJAssociés. De plus, l'arrivée d'un nouveau patron se traduit souvent par la perte de clients qui avaient une relation "intuitu personae" avec l'ancien dirigeant. Ces facteurs génèrent un important besoin en fonds de roulement." Mais ce n'est pas tout. Pendant de nombreux mois après la reprise, cette "perfusion de liquidités" va devoir se poursuivre : afin de régler (le cas échéant) le passif restant dû, mais aussi de réinvestir pour faire repartir l'activité... Et attention : "Les fonds nécessaires devront être trouvés en autofinancement. Les banques ne prêtent pas pour reprendre une société en difficulté", soulignent Sophie Moreau-Garenne et Fabrice Keller. Ce que vous devez faire : Prévoyez le cash nécessaire pour "rebooster" illico votre cible, mais aussi une "enveloppe bis" pour couvrir les besoins financiers de toute l'année qui suivra le rachat... et les imprévus.  

 

6 Vous y passerez un temps fou ! Acquérir une affaire en difficulté, c'est vivre à un rythme effréné pendant les six à douze mois suivant la reprise. Vous devrez régler des urgences du matin au soir, et en parallèle, agir pour relancer l'entreprise : remotiver les troupes, supprimer les coûts inutiles, réinvestir judicieusement, faire du commercial... Ce que vous devez faire : "Mettez-vous en mode projet : constituez une équipe et déléguez certaines tâches, recommande Jean-Charles Simon. Car vous ne pourrez pas consacrer tout votre temps de travail à gérer l'entreprise acquise, surtout si vous dirigez déjà une autre affaire !" Mais assurez-vous aussi,avant de vous attaquer à la reprise d'une affaire en difficulté, que vous aurez l'énergie pour mener un tel chantier à bout... - Retrouvez notre dossier "Entreprisesen difficulté : comment gérer la crise".  

 

Source: Lentreprise.lexpress.fr - pour en savoir plus...

Derniers posts
  • SOS TPE PME Co-pilote pour dirigeant
    19 oct. 2017

    Bruno Le Maire, Gérald Darmanin et Benjamin Griveaux ont présenté le projet de loi de finances 2018 - 27/09/2017 Lors d'une conférence de presse, le 27 septembre à Bercy, Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et des Finances, Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, Benjamin Griveaux, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances, ont présenté les grandes lignes du projet de loi de finances pour 2018. Retrouvez les principales mesures budgétaires et fiscales du PLF 2018 Redonner du pouvoir d'achat aux Français Réforme de la taxe d’habitation  Renforcer l’autonomie des personnes en situation de handicap en revalorisant l’AAH (Allocation aux adultes handicapés) Suppression des cotisations salariales maladie et chômage en contrepartie de la hausse de la contribution sociale généralisée (CSG) et suppression de la contribution exceptionnelle de solidarité (CES)  Revalorisation de l’allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA) et des anciennes allocations du minimum vieillesse Lutter efficacement contre le chômage et inciter à l'activité Adapter les compétences à l’emploi ou réorienter la politique d’accès à l’emploi en faveur de la formation des jeunes et des demandeurs d’emploi  Extension de l’exonération ACCRE (Aide au chômeur créant ou reprenant une entreprise) à l’ensemble des indépendants dès 2019  Création des emplois francs dans les quartiers prioritaires de la ville à compter de 2020 Revaloriser la prime d’activité pour mieux rémunérer le travail Le projet de loi de finances pour 2018 prévoit plusieurs mesures en faveur des entreprises censées accroître leur attractivité et leur compétitivité. La mesure la plus emblématique réside dans la réduction progressive du taux d'IS, jusqu'à atteindre 25% en 2022. D'autres mesures concernent le CICE et la CVAE pour les groupes. ​Taux d'IS à 25% en 2018 Il s’agissait d’une des promesses du Président de la République pendant la campagne présidentielle. De manière à s’aligner sur les taux des pays voisins, le taux d’IS passera de 33,33% actuellement à 25% en 2022. Bruno Le Maire avait révélé lors de l’université d’été du MEDEF (30 août 2017), le détail de cette réduction. Pour rappel, le précédent Gouvernement avait déjà, dans le cadre de la loi de finances pour 2017, instauré un taux d’IS à 28% progressivement élargi à l’ensemble des sociétés d'ici 2020. En 2017, les PME profitent déjà de ce taux dans la limite de 75.000 € de bénéfices. Le PLF 2018 ne revient pas sur les modalités de réduction prévues par le PLF 2017 pour 2018 (IS à 28% pour toutes les sociétés dans la limite de 500.000 € de bénéfices). Les années 2019 à 2022 sont en revanche modifiées. Toutes les entreprises bénéficieront d'un taux d'IS plus faible sur la totalité de leurs bénéfices à compter de 2019 : Taux d’IS au taux normal PLF 2018 2018 - IS à 28% pour toutes les sociétés, dans la limite de 500.000 € de bénéfices (33,1/3% au-delà) 2019 - IS à 28% pour toutes les sociétés, dans la limite de 500.000 € de bénéfices et IS à 31% au-delà 2020 - IS à 28% pour toutes les sociétés, sur la totalité des bénéfices 2021 - IS à 26,5% pour toutes les sociétés, sur la totalité des bénéfices 2022 - IS à 25% pour toutes les sociétés, sur la totalité des bénéfices La suppression de la contribution additionnelle à l'IS de 3% Le PLF 2018 prévoit également une suppression de la contribution additionnelle à l'IS. Instaurée par la loi de finances rectificative pour 2012, cette contribution taxe à 3% les distributions (dont les dividendes) perçues par les sociétés soumises à l'IS. Vivement critiquée dans la mesure où elle renchérit le coût de l'imposition global des sociétés et contribue à décourager l'investissement, elle a fait en outre l'objet de nombreux recours. La Cour de justice de l'Union européenne l'a ainsi déclaré contraire au droit européen dans une décision rendue le 17 mai dernier. En conséquence, le Gouvernement a intégré au budget 2018 une mesure visant à supprimer cette taxe à compter des sommes mises en paiement en 2018. Cette mesure réduira l'imposition des sociétés à hauteur de 2 milliards €. ​ Réduction du CICE en 2018 et remplacement en 2019 par un allègement de charges La suppression du CICE était une promesse de campagne d’Emmanuel Macron. Les modalités de mise en œuvre ont déjà été divulguées au début du mois par le Premier ministre et par Bruno Le Maire. Comme annoncé, le PLF 2018 prévoit une réduction du taux du CICE qui passerait de 7 à 6% en 2018. En 2019, ce crédit d’impôt sera remplacé par une réduction directe de cotisations sociales patronales. Pour rappel, le CICE est calculé sur les salaires bruts n'excédant pas 2,5 SMICS et est imputable sur l'impôt sur les bénéfices dû au titre de l’exercice au cours duquel il est constaté. Sa transformation en réduction pérenne de cotisations sociales patronales interviendra à compter du 1er janvier 2019. Le CITS (crédit d'impôt sur la taxe sur les salaires) sera également supprimé en 2019 au profit d'une baisse de cotisations patronales. Les modalités de cette réduction seront présentées dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2019, qui doit être présenté ce jeudi 28 septembre. Compétitivité et attractivité Mesure en faveur des entreprises : Le remplacement du CICE et du CITS par un allégement des charges La baisse progressive du taux de l’impôt sur les sociétés pour atteindre 25 % en 2022 La suppression de la contribution de 3 % sur les revenus distribués Mesures en faveur des indépendants : relèvement des seuils « micro » et exonération de CFE pour les redevables imposés sur une base minimum et dont le chiffre d’affaires est inférieur à 5 000 euros : Le relèvement des seuils des régimes simplifiés d’imposition (régimes « micro ») L’exonération de cotisation foncière pour les entreprises pour les entrepreneurs imposés sur une base minimum et dont le chiffre d’affaires est inférieur à 5 000 euros à partir de 2019 Mesures en faveur de l’attractivité de la France : abrogation du taux marginal de taxe sur les salaires et abrogation de l’extension de l’assiette de la taxe sur les transactions financières aux opérations infra-journalières. L’abrogation du taux marginal de taxe sur les salaires L’abrogation de l’extension de l’assiette de la taxe sur les transactions financières aux opérations infra-journalières. Mesure en matière de fiscalité locale : modalités de calcul de la CVAE pour les entreprises appartenant à un groupe et modalités de répartition de la CVAE entre collectivités territoriales La mise en place de nouvelles modalités de calcul du taux de la CVAE pour les entreprises appartenant à un groupe La répartition plus lisible et prévisible du produit de l’imposition entre collectivités territoriales Le maintien de l’avantage en faveur des collectivités qui accueillent des établissements industriels Soutenir l’investissement et l'innovation Mise en place du prélèvement forfaitaire unique sur les revenus du capital Création d’un impôt sur la fortune immobilière remplaçant l’impôt de solidarité sur la fortune Dotation de soutien à l’investissement des collectivités territoriales Accompagner la transition écologique Poursuite de la trajectoire carbone et alignement de la fiscalité applicable au gazole et à l'essence La poursuite de la hausse des taxes sur les produits énergétiques selon leur contenu carbone L'alignement de la fiscalité applicable au gazole et à l'essence Reconduction du crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE) Favoriser la reconversion des véhicules les plus polluants et renforcer le malus automobile Soutenir équitablement les ménages en précarité énergétique grâce au « chèque énergie » Rénovation thermique ANAH Transformer la politique du logement Réformer les aides au logement et la politique des loyers dans le parc social Mesures fiscales en faveur du logement : reconduction de la réduction d'impôt « Pinel » et prorogation du prêt à taux zéro Le prolongement du dispositif « Pinel » pour quatre années supplémentaires La prorogation du dispositif du prêt à taux zéro Source Ministère de l'économie et des finances En savoir plus et télécharger le dossier de presse complet: C'est ICI Informations complétées par le site de Legifiscal.fr Crédit photos : Linternaute.com - lexpansion.lexpress - Sudouest
  • SOS TPE PME Co-pilote pour dirigeant
    18 oct. 2017

    Face aux difficultés rencontrées au grand export, la société Viesly Industries Textile (VIT) a obtenu le 10/10/2017 son placement en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Douai. C'est ce qu'indique Nord Eclair le 11 octobre dernier, la filature Viesly industries textiles (VIT) entreprise située à VIESLY (59) dans les Hauts-de-France, a vec actuellement 95 salariés , a été placée en redressement judiciaire en raison des difficultés financières traversées depuis plusieurs mois. La procédure doit, en rendant possible l’étalement des paiements, permettre de préserver l’entreprise. La société développerait à ce jour un projet à valeur ajoutée autour du lin. P ar Hélène Harbonnier de Nord Eclair | Publié le 11/10/2017 Entretien avec Florence Gröbli , responsable administrative et financière de VIT. Viesly Industries Textiles - VIT Dirigeant - CFG Franck Gröbli possède aussi, entre autres, les sociétés Velysam et Coloredo , implantées à Caudry. Salariés actuellement : 95 Fond propre situation 2016 : 2 054 700€ Actif circulant situation 2016 : 6 101 700 (dont 3 065 100€ de stock) Chiffre d'affaires 2016 : 21 058 500 € EBE 2016 : - 1 718 700€ Filière Textile – D’où viennent les difficultés rencontrées par VIT ? « L’entreprise réalise 75 % de sa commercialisation au grand export, surtout en Amérique latine. Or, actuellement, la conjoncture n’est pas terrible, D’où une baisse de notre chiffre d’affaires de 25 %, et des problèmes de trésorerie. » – Comment l’entreprise traverse-t-elle cette crise ? « En plus des investissements qu’ils avaient déjà réalisés , nos actionnaires ont réinvesti cet été pour passer le cap, mais nous nous sommes rendu compte qu’il allait falloir adapter notre outil à la demande actuelle. Nous avons donc fait un acte de gestion de bon père de famille : nous sommes allés voir un conciliateur, qui nous a conseillé de demander la protection du tribunal pour préserver l’entreprise . C’est une entreprise familiale, que mon arrière-grand-père a créée. C’est notre bébé. On veut que ça continue. On fait tout pour. On a un projet autour du lin qui continue à se développer, et grâce auquel on espère vendre un produit avec une valeur ajoutée plus importante. Mais il faut un peu de temps. » – Quelles sont les perspectives pour les 95 salariés de VIT ? « On ne veut pas qu’ils soient inquiets. C’est vrai qu’on n’a pas pu verser les salaires ce mardi. Mais ils vont être pris en charge par l’AGS (régime de garantie des salaires, NDLR), en principe sous cinq à dix jours. On est tout à fait conscients que cela va poser des problèmes, mais le mandataire désigné par le tribunal va leur fournir une attestation pour leur banque. On aurait bien voulu faire autrement que passer par le redressement, mais c’est nécessaire pour qu’on continue. Cela va nous permettre d’étaler nos paiements , et de régler notre dette – pour moitié représentée par ce que nous devons à ENGIE – pour pouvoir repartir sur de bonnes bases. Après, le mandataire va certainement nous demander de réduire un peu l’effectif. Il y a trop de personnel par rapport à la production actuelle. On devra faire quelques licenciements. Beaucoup de nos salariés sont âgés, on trouvera des solutions au cas par cas. Depuis quelque temps, nous avions déjà mis en place du chômage partiel.  » – Une partie des salariés disait, mardi, craindre la fermeture pure et simple de VIT. « La santé de l’entreprise n’est pas en péril. On a du matériel, des stocks, des capitaux. La dette, ce n’est pas grand-chose, je dirais 5 % du chiffre d’affaires. On va tout faire pour ne pas fermer. Vous savez, c’est quand même cent ans d’histoire familiale. » – Comment se portent les autres entreprises du groupe(1)  ? « Ce n’est pas la grande forme non plus. Il faut préciser que pour Velysam, ce n’est pas du tout le même marché : si VIT vend du fil au grand export, Velysam vend des tissus en Europe. Le marché n’est pas terrible, mais un peu moins mauvais puisqu’il ne pâtit pas du taux du dollar. Il y a aussi une conciliation (pour l’étalement des créances, NDLR) , mais à un stade beaucoup moins important. » «Tout est contre nous» «  En ce moment, tout est contre nous  », résume Florence Gröbli. «  Depuis quatre ou cinq ans, la SAS VIT a engagé un plan de renouvellement et de modernisation de son outil de travail pour un montant de plus de 6 millions d’euros, financés pour une bonne partie par les actionnaires , expose la responsable administrative et financière de VIT. Cet effort a permis la mise en place d’un nouveau process de filature unique en France (…). L’accueil de ce produit par la clientèle a été positif au point de représenter aujourd’hui près de 50 % de nos ventes. Mais ces investissements pèsent lourd dans la trésorerie de l’entreprise  ». « Moins de commandes depuis quelques mois » S’ajoute à cela un contexte international peu propice au business, détaille Florence Gröbli. «  Il y a des problèmes politiques au Brésil, d’autres liés aux élections américaines… En Europe, le contexte est également difficile : dans les pays vers lesquels on exporte (Italie, Espagne…), il y a un certain attentisme. Il y a donc moins de commandes depuis quelques mois. Parallèlement, les prix des matières premières se sont envolés : + 24 % en un an pour la viscose. Et la parité euro-dollar fait qu’on achète très cher pour des prix de vente pas très élevés…  » « D’habitude on tient, mais là, c’est trop » Plus généralement, Florence Gröbli reconnaît que «  le contexte du textile est difficile. Ça fait des années qu’on se bat. Si on a investi autant, c’est parce qu’on croit qu’avec de nouveaux produits, on peut redevenir un fleuron de l’industrie. C’est une bataille au quotidien, mais on n’est pas aidés par le marché… D’habitude on tient, mais là, c’est trop.  » Source Article Nordeclair.fr - En savoir plus c'est ICI Crédit photos Le journal des entreprises - be.fashionnetwork.com - la voix du nord Pendant longtemps le Nord de la France a habillé presque tout le pays en produisant des kilomètres de tissus. Au début des années cinquante le secteur employait encore plus de 170 000 ouvriers dans la région. Les grandes filatures et lainières ont fermé les unes après les autres, victimes de la concurrence de pays à bas coût, mais le textile Made in France est encore présent à Roubaix, à Tourcoing et autour de Lille. Ils sont encore plus de 12 000 à travailler dans des entreprises qui ont su se transformer, innover, pour maintenir des emplois sur un territoire historiquement lié au textile. Enquête sur des tissus Made in France qui ne perdent pas le Nord . Réalisé par Pierre Lascar
  • SOS TPE PME Co-pilote pour dirigeant
    18 oct. 2017

    Le tribunal de commerce de Saint-Brieuc a rendu sa décision, le vendredi (13) après-midi, après le dépôt de bilan de l’abattoir Socavol , employant 74 salariés à Saint-Brandan, près de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor). L’actionnaire principal, basé au Bénin, demandait la liquidation pure et simple de son entreprise. Le tribunal a placé l’entreprise en redressement judiciaire Société Socavol SAS Directeur Général : Christophe THEBAULT Filière Agroalimentaire - APE 1012Z Salariés actuellement : 74 Capitaux propre situation 2015 : - 1 190 200€ Chiffre d'affaires 2015 : 11 243 000€ Une victoire bien temporaire, pour les 74 salariés, qui craignaient une liquidation . Ils ont, malgré tout, laissé éclater leur joie, ce vendredi devant leur usine. « C’est vendredi 13, on va aller jouer au loto. » Les 74 salariés de l’abattoir Socavol à Saint-Brandan étaient sceptiques quant à l’avenir de leur entreprise. Deux jours après l’audience, le tribunal de commerce de Saint-Brieuc a rendu sa décision, ce vendredi à 14 h. L’abattoir Socavol à Saint-Brandan a été placé en redressement judiciaire avec une période d’observation de six mois. Le dossier reviendra devant le tribunal 8 novembre en présence du mandataire qui a été désigné. Sébastien Ajavon , actionnaire principal de cet abattoir de poules de réforme vivant au Bénin, a demandé, la semaine dernière, la liquidation pure et simple de cette entreprise. Un véritable choc pour les 74 salariés, résidant dans le pays de Quintin au sud de Saint-Brieuc, et qui pour la plupart ont travaillé toute leur vie dans cette entreprise. De gros problèmes d’approvisionnement Ces dernières semaines, l’abattoir rencontrait de gros problèmes d’approvisionnement. Le marché de la poule de réforme est très particulier. Il dépend de celui de l’œuf. Une fois que la poule a dépassé son pic de productivité, les éleveurs font appel à un abattoir. « Un jour, un éleveur veut nous envoyer un lot de 100 000 poules, puis il change d’avis. Il veut les garder. Pour nous, c’est deux jours de travail qui sont annulés » , explique un salarié. L’affaire du fipronil n’a pas arrangé les choses. « On alterne les périodes de très forte et de très faible activité » , poursuit ce salarié qui tient à garder l’anonymat. Cet été, l’abattoir a carburé avec 60 000 poules abattues par jour. La semaine dernière, l’activité était quasi-nulle. « C’est à ce moment-là que l’actionnaire a choisi de nous lâcher » .... Crédit photo et source Ouest-France - Lire l'article complet: C'est ici Ouest-France Qui est Monsieur Sébastien Ajavon l'actionnaire majoritaire, que certains appellent le Roi du poulet? Homme d’affaires richissime et candidat malheureux à la dernière présidentielle du Bénin, Sébastien Ajavon a l’habitude de prendre des coups. Mais cette fois c’est une somme colossale que lui réclame le fisc du Bénin, près de 167 milliards de FCFA. Lui crie au complot. Acteur de poids dans l’import-export de volaille vers les pays d’Afrique de l’Ouest, Sébastien Ajavon s’est installé en Bretagne, une des plus importantes régions aviaires d’Europe. Via sa société Casco , dont le siège social est à Lamballe depuis 15 ans, Ajavon a ainsi acquis au printemps 2015 l’abattoir Socavol, à Saint-Brandan (Côtes-d’Armor). L’homme a même été actionnaire du club de football Vannes Olympique Club, liquidé en 2014. Quelques mandats et représentations professionnels Dirigeant de SOCOTRAC, une société de transport et de logistique. Dirigeant de Casco (tenue via son holding Ideal Finance) investit dans les centres de production de poulet à l'international, dont la France dont 7 mandats en France. Propriétaire de Sikka TV, une chaîne d'information en continu , et de Soleil FM, une chaîne de radio béninoise. Président du Conseil national du patronat béninois. A été ancien Administrateur de Vannes Olympique Liquidation judiciaire en 2014 .....À l’hôtel Pullman Paris Bercy, Sébastien Ajavon n’est pas un client comme les autres. C’est là que, depuis près de quinze ans, il descend à chacun de ses séjours parisiens. Il tutoie le personnel, connaît le prénom de certains. Ce 5 septembre, chemise brodée à ses initiales, il sort d’un rendez-vous avec des banquiers qu’il a fallu rassurer. À 52 ans, le roi du poulet surgelé est visé par un redressement fiscal dans son pays d’un montant colossal : 167 milliards de F CFA, plus de 254 millions d’euros. Ses partenaires financiers sont un peu inquiets. Mais pas lui : « Je suis totalement serein. Ces allégations ne sont pas justifiées. La vérité finira par triompher. » Pris par un agenda trop chargé, il n’en dira pas plus, laissant à ses proches et à ses avocats le soin de décliner sa défense.... En savoir plus: Jeuneafrique